Manager en temps de crise

Pour traverser la crise en maintenant la motivation des salariés, l’enjeu, pour les mangers, est de développer des attitudes… trop souvent négligées !

 

COURAGE: cette attitude traduit le besoin exprimé par beaucoup de collaborateurs d’avoir des patrons qui « tranchent », « s’engagent » et prennent position quand la situation l’exige. En période de crise, le management participatif est souvent contre productif. Il convient de « réhabiliter » les vertus d’un management plus directif.

 

TRANSPARENCE: Face à l’incertitude, la transparence est le maitre mot de la communication. Pour annoncer une nouvelle – et ce, encore plus si elle est mauvaise – il vaut mieux réunir toutes les personnes concernées afin de leur donner le même niveau d’information en étant le plus concret et précis possible. Plus qu’en période normale, l’implicite est sur-interprété en fonction des inquiétudes de chacun.

 

COOPERATION et SOLIDARITÉ: Il est essentiel d’entretenir et de ranimer l’esprit d’équipe. Par exemple, en libérant la parole et en partageant des bonnes pratiques. Ce qui est aussi une façon de redonner du sens aux réunions d’équipes.

 

EXEMPLARITÉ: Montrer l’exemple c’est se donner la garantie que son discours soit entendu. En période de crise les collaborateurs mettent encore plus vite en relation les discours et les actes y compris sur les détails.

 

ECOUTE et PROXIMITÉ: Il faut aller sur le terrain, rencontrer les équipes, s’assurer que les messages sont compris, identifier leurs besoins afin de pouvoir adapter sa communication. C’est cette proximité qui permet de désamorcer les rumeurs, de rappeler avec forces les objectifs communs…

 

ETHIQUE et VALEURS : La crise exacerbe le besoin d’évoluer dans un milieu nourri de valeurs fortes qui favorisent l’engagement et la confiance. L’entretien de la culture d’entreprise est essentielle en période de crise : le rappel des valeurs permet de fédérer les équipes autour de celles-ci et d’éviter les comportement individualistes.

 

SOUPLESSE RELATIONNELLE et INTELLECTUELLE: Etre flexible devient une nécessité. Cela permet de développer l’intelligence des situations afin de trouver la bonne « parade » et de s’adapter. Le manager doit développer l’agilité et la souplesse. Mais cela ne se décrète pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question anti-spam : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.