La crise, dans l’Alchimie des Talents

Christine est une jeune manager en crise.
Hier, sa hiérarchie l’incitait à gagner en souplesse et en diplomatie: écouter, se montrer moins autoritaire et péremptoire. Et voilà qu’aujourd’hui, elle lui reproche son manque d’autorité et d’initiative! Cette situation est révélatrice du cas de Christine. Elle a le sentiment qu’on lui demande sans cesse des choses contradictoires: entrer dans les plans de ses patrons concernant son évolution, mais cultiver un projet professionnel ambitieux; écouter et faire preuve d’empathie, mais trancher avec autorité; prendre des initiatives, bousculer les idées reçues, mais éviter de tout chambouler; se comporter en entrepreneur, mais ne surtout pas prendre de risques; aller vite, mais être moins impatiente; être créative et ouverte, mais rigoureuse et exigeante; se montrer convaincue, convaincante, mais pas têtue…
Devant l’accumulation de ces exigences contradictoires, Christine se sent tiraillée. Elle s’interroge. Au fur et à mesure de son évolution dans l’entreprise, les exigences de ce type se sont multipliées. Christine ressent cette situation comme un carrefour dans son évolution. Le risque majeur est de s’aigrir dans une attitude de plainte subissante. En même temps, c’est peut-être le signe que le moment est venu de quitter l’entreprise et de démarrer un nouveau projet. Christine s’interroge également sur la possibilité de faire de cette crise une opportunité pour changer de positionnement, prendre de l’étoffe et gagner en maturité.
Cette dernière possibilité implique de marcher sur une ligne de crête, avec ce que cela suppose d’agilité, de gestion de la complexité, de patience… Dans ce contexte, deux événements décisifs pour elle lui ont permis d’avancer:
1- une formation, occasion de prise de recul et de confrontation avec d’autres;
2- une série d’échanges avec des patrons de l’entreprise, occasion d’une ouverture et d’un encouragement à trouver son propre style.
Christine se sent alors libérée et libre: elle peut refuser ces tiraillements et changer d’orientation, ou bien elle peut les accepter et les assumer pour en faire une source de progrès et d’apprentissage. Quel que soit son choix, il sera libre et constructif. Le facteur déterminant qui fera pencher la balance dans un sens ou dans l’autre sera alors le projet personnel de Christine: son équilibre de vie, la place qu’elle veut donner à sa vie professionnelle, son ambition, sa famille, ses engagements etc.
Aujourd’hui, Christine a surmonté la crise. Son choix: accepter les contradictions et poursuivre son évolution professionnelle.

Son cas m’inspire deux séries de remarques:

1- Sur les moments de crise qui jalonnent la vie professionnelle:
L’émergence de nos talents s’accompagne nécessairement de périodes de crise. Ces crises sont dues aux difficultés à surmonter, à la lassitude, à la vitesse à laquelle évolue notre environnement… Elles sont toujours porteuses d’un message important, parfois décisif. Elles nous apprennent toujours quelque chose sur nous, sur nos interactions… à condition d’être acceptées, assumées, accompagnées. Face à la crise, la priorité est de retrouver sa liberté, une marge de manoeuvre, d’ouvrir un nouvel espace de possibles. Puis d’en faire une opportunité constructive: apprendre et passer à un niveau supérieur.
2- Sur le thème spécifique des tiraillements et des exigences contradictoires:
L’exigence forte qui incombe aux managers implique d’apprendre à gérer ces tiraillements. Face à des exigences contradictoires, certains se découragent, tandis que d’autres accèdent à des niveaux d’apprentissage supérieurs. La confusion qu’elles engendrent (et la crise qui s’ensuit) peut être particulièrement destructrice ou particulièrement constructive. L’étoffe d’un manager vient entre autres de sa capacité à assumer les doubles contraintes, à se montrer créatif et à les transcender. Donnons-nous aux managers les moyens de vivre ces crises de façon constructive? Sommes-nous prêts à accepter ces crises chez nous, chez nos collaborateurs, dans notre entourage? Comment les accompagnons-nous? Quels moyens de ressourcement avons-nous? Quel accompagnement proposons-nous aux managers pour donner du sens à la crise et en faire un passage?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *